Accueil Janvier 1915 Mars 1915 Février 1915Lettre du soldat Louis Bénard 19e Cie 272e RI datée du 19 février 1915. Louis Bénard est dans son "gourbis" dans le secteur Bagatelle. Il précise dans la première phrase : " Une balle vient de traverser à l'instant mon gourbis (...) bon voyage ! ".
26 février 1915 , le 6e bataillon est toujours en repos à Noiremont. Au 5e bataillon, les patrouilles se succèdent sans réelles accroches de l'ennemi. Matinée calme jusqu'à 9h du matin. En journée, notre activité des mortiers de 58, mortiers Cellerier et mitrailleuses dirigés contre les travaux ennemis provoque une riposte de sa part. A 13h, 6 bombes sont lancées contre nos tranchées, une d'elles démolit un abri à munitions, blesse le S/Lt d'artillerie qui manoeuvrait le mortier de 58 et un soldat de la 18e Cie, tue un autre sous officier d'artillerie et un soldat de la 18e Cie. Des obus démolissent le parapet à la gauche de la 18e Cie et à la droite de la 19e Cie; un caporal de cette compagnie est blessé. Fin d'après midi calme.
Dans la nuit du 5 au 6 février 1915 , le 272e RI reçoit l'ordre d'embarquer pour le 6 février à la gare de Nettancourt avec les chevaux et tout le matériel direction La Neuville au Pont en Argonne. Vers 12h, le régiment se met en marche pour Vienne le Chateau. Le régiment est provisoirement sous les ordres de la 40e DI et du colonel commandant la 20e brigade. 7 février 1915 , relève de deux compagnies du 154e RI dans la tranchée de l'ouvrage central par les 17e et 20e Cie du 272e RI. Le 6e Bataillon reste en repos à Noiremont. 8 février 1915 , une grande partie de l'artillerie Française tire sur le secteur de Bagatelle, des travaux de perfectionnement des creneaux de tir et d'élargissement de certains boyaux sont mis en oeuvre, également construction de certains abris et de par-éclats.
Le 14 février 1915 a été tué d'une balle en plein front devant le créneau de sa compagnie, le Lieutenant Petyt , commandant la 21e Cie du 272e RI. A côté de lui se trouvaient le commandant du bataillon et l'agent de liaison Morel . Ce fut une perte pour le régiment car Petyt, sergent fourrier à la 20e Cie avait gravi rapidement les échelons et dès novembre 1914 il était devenu Lieutenant et Commandant de compagnie. Il fut remplacé par le Lieutenant Heaumé officier téléphoniste du régiment.
Lieutenant Petyt Louis 21e Cie tué en reconnaissant les réseaux barbelés en avant du parapet. Enterré au cimetière de La Harazée. Soldat Leclercq Ferdinand 21e Cie blessé
14 février 1915 , le 5e bataillon est toujours en repos à Moiremont et à Chauvrieulles. Pour le 6e bataillon, peu d'activité ennemie seul quelques travaux de tranchées sont observés du coté du cimetière (voir carte). Tirs sporadiques en fin de journée sur nos crénaux de tir. Pertes du jour