Janvier 1915 Février 1915 Accueil Mesnils les Hurlus 191518 février 1915 , dans la matinée, le 72e RI reçoit l'ordre de bivouaquer dans les abris situés entre le village de Somme Tourbe et Somme Suippes. Départ à 15h et arrivée à 18h. 19 février 1915 , vers 7h du matin le colonel et les chefs de bataillons prennent contact avec le général de Brigade pour effectuer la reconnaissance du terrain du secteur dans lequel le régiment doit être engagé. A 11h, réception de l'ordre du Général commandant la 4ème Armée, ils prescrivent de faire avancer la 5ème Brigade. A 12h40 ordre est donné au régiment de partir au plus tôt pour aller aux abris de la salle. Le régiment sous la conduite du capitaine Gagin se met en marche à 14h et arrive aux abris à 16h30. 20 février 1915 , en éxécution d'un ordre au régiment prescrivant de se rendre aux abris Guérin (voir carte) , il se met en marche à 10h30 et arrive aux abris à 15h.
Prélude à la bataille de Champagne Bien que le principal effort des armées Françaises ait eu lieu en février et mars 1915, la première bataille de Champagne avait commencé dès la fin de 1914. Au sud de l'Aisne, le front allemand contournait Reims à l'est, englobait le massif de Nogent l'Abbesse et les forts qui le commandent, s'étirait parallèlement à la voie romaine au sud des collines de Moronvillers, coupait la Suippe en amont d'Aubérive puis se dirigeait vers l'est en passant au sud de Souain, de Perthes les Hurlus, de Massigues et au nord de Ville sur Tourbe pour atteindre ensuite l'Aisne. Du 1er au 4 février 1915 , les progrès des armées Françaises continuent dans la région de Perthes les Hurlus. Mais le 3 on signale trois contre attaques allemandes à l'ouest de ce village au nord de Mesnil et de Massigue. Les deux premières sont repoussées, la troisième offensive et un succés. Toutes les contre attaques Françaises ont été repoussées, les pertes sont estimées à 7 officiers, 601 hommes de troupe prisonniers, 9 mitrailleuses. Le 12 février 1915 , les allemands signalent une attaque près de Souain, le 16 février, sur un front qui s'étend du nord ouest de Perthes au nord de Beauséjour les offensives Françaises enlèvent kms de tranchées, font prisonniers dont 5 officiers. Dans la nuit du 18 au 19 février, l'ennemi effectuait cinq nouvelles offensives nord de la ligne Souain, Perthes, Beauséjour afin de reprendre les tranchées perdues. Toutes ces offensives sont repoussées. Le 20 février à 23h, on annonce la prise au nord de Perthes d'un bois fortement organisé.
Février 1915 , le 72e RI est toujours en zone de repos en Argonne. Les journées sont occupées par des exercices de tir "pour les maladroits du 1er bataillon" (extrait du JMO 72e RI). Le 2 février 1915, manoeuvre des cadres du régiment sous la direction du général de brigade dans la partie située entre l'Isle en Barrois et Villotte. Le 4 février, revue de la brigade par le général commandant le 2e Corps d'Armée, à l'issue de cette revue, le colonel remet la croix de la Légion d'Honneur au capitaine Gagin. Ce n'est que le 18 février 1915 que le 72e RI reçoit l'ordre de se déplacer vers Somme Suippes, la campagne de Champagne commence...
Ferme Les Merchines à Lisle en Barrois, lieu de cantonnement et de manoeuvre du 72ème RI en Janvier 1915 après avoir quitté le front de l'Argonne.