Accueil Avril 1915 le 72e RI aux Eparges Juin 1915 le 72e RI en Argonne7 avril 1915 , nouvel ordre d'attaque pour 14h, malgré une préparation d'artillerie qui semblait insuffisante pour les gradés, l'attaque échoue; sept brèches qui auraient du être causées par les tirs d'artillerie n'ont pas eu lieu. Une nouvelle attaque est prévue pour 21h mais cette fois sans préparation d'artillerie ! une fois de plus c'est un échec et les pertes sont importantes. Le régiment perd le St Lt Rohaut , blessés le St Lt Cardon , Philippe et Euch . 8 avril 1915 , le 72e RI est relevé par le 128e RI à minuit, le 3e bataillon va cantonner aux abris Aulnois, le 2e bataillon s'abrite dans les tranchées de 3e ligne à l'exception de la 7e Cie qui cantonne à Riaville avec le 1er bataillon. En soirée, le régiment cantonne à Sommedieu 9 avril 1915 , installation et campement à Sommedieu. Le régiment est mis en repos jusqu'au 15 avril au soir .
Capitaine Georges Didion 72e RI
Georges Didion est né le 27 mars 1875 à Arras (62). Il oriente sa scolarité vers les etudes commerciales et fréquente l'école HEC de Paris. De la classe 1895, il incorpore le 33e RI d'Arras le 12 novembre 1896 M°81 (6636 au Corps). Très bien noté par la hiérarchie militaire, Georges Didion obtient le grade de sergent le 20 septembre 1899, obtient le certificat d'aptitude à l'emploi de chef de section. Promu Slt de réserve, il est affecté au 120e RI de Péronne le 22 septembre 1906 puis réincorpore le 33e RI le 26 mars 1907. Il se marie le 22 septembre 1909 avec Suzanne D. Promu Lieutenant le 19 février 1908. Passe au 148e RI le 25 mars 1914 . Extrait de son rapport d'officier par le Commandant du 233e RI: " Excellent officier de réserve, à tous points de vue, à donné toutes satisfactions à ses chefs dans toutes les parties du service et de l'instruction. Très bon officier, zélé et consciencieux bien au courant de ses fonctions, partout très bien à sa place. Apte à commander une compagnie. Très apte à faire campagne ". En août 1914 Georges Didion est mobilisé au 148e RI (Givet) et part faire campagne avec son régiment.
Le Lt Didion reste au 148e RI jusqu'en mars 1915. Le 30 mars 1915 il incorpore le 72e RI d'Amiens avec le titre de Lieutenant de réserve. En mars 1915 le 72e RI est en repos à Somme Yevres, le régiment vient de subir de lourdes pertes après les combats en Champagne à Mesnils les Hurlus, Georges Didion prend alors le commandement de la 6e compagnie au 2e bataillon. Début avril 1915 le 72e RI prend positions dans les tranchées à Maizeray .
Le Lieutenant Didion s'illustre avec honneur dans les combats qu'il mène avec les troupes du 348e RI au cours de la bataille dites " Bataille du trou du diable " à Fumay Haybes. Il reçoit sa premiere citation: Orde du régiment n°75: " Le Lt Colonel Commandant le régiment cite à l'ordre du régiment le Lt Didion, ex porte drapeau du régiment. Belle attitude au feu, a été blessé au combat de Fumay (Ardennes) le 26 août 1914 à la tête d'une section dont il avait pris volontairement le commandement . " Lt Colonel Bussy Commandant le 348e RI
Carte du secteur des attaques sur Maizeray en avril 1915
Mi avril 1915 le 72e RI se bat aux Eparges, le 27 avril 1915 , toutes les positions perdues prélablement ont été reconquises mais au prix de lourdes pertes. Les hommes du 72e RI sont épuisés et les bataillons ne disposent plus de renfort. Le 2e bataillon est réduit à 150 hommes et 2 officiers . Ce n'est que le 28 avril que le 72e RI est relevé par les hommes du 147e RI. Les pionniers du 72e RI restent aux Eparges afin d'achever les réfections de tranchées lourdement détruites par les bombardement incessant. Durant toute cette période, le 72e RI a su garder ses positions sous le feu intense des bombardements et des multiples offensives de l'ennemi. Les pertes furent très importantes: Officiers tués : Commandant de Gail, Capitaine Carré de Malberck, Lt Dussaud, S/Lt Bognier. Officiers blessés : Commandant Daire, Capitaine Cerrotin, Lts Ragot, Delépine, Didion , Debray, Decker, Maillard, S/Lts Braillerait, d'Hugleville, Williame et Marielle. Officiers disparus : Capitaine Dain, Lt Gastaldi Hommes tués, blessés ou disparus : 1027 soit près d'un tiers du régiment.
Le Lieutenant Didion s'illustre une fois de plus avec les honneur dans les combats qu'il mène avec le 2e bataillon du 72e RI à Maizeray. Il reçoit sa deuxieme citation. Ordre de la Division n°49: " A exercé pendant les 2 journées des 6 et 7 avril 1915 le commandement de sa compagnie avec autant d'intelligence que d'énergie, exécutant plusieurs reconnaissances sous les feux croisés des mitrailleuses et canons revolvers et entrainant le 7 au soir une partie de la troupe jusqu'au réseau de fils de fer ennemis ". Le Lt Didion est blessé le 25 avril 1915 , plaie joue gauche par schrapnell alors qu'il se bat avec sa compagnie aux Eparges.
Debut aout 1916 , le 72e RI quitte le front de l'Argonne et rejoint la Somme. Fin septembre 1916 , le régiment cantonne près de Curlu avant de rejoindre les tranchées de Bouchavesnes début octobre 1916. Le 5 octobre 1916 le 2e bataillon du 72e RI cantonne près du Bois de Riez (Nord ouest de Cléry sur Somme) le Capitaine Didion reçoit l'ordre de rejoindre les tranchées du Bois Marrières (ouest de Bouchavesnes). Il est tué par un bombardement d'artillerie ennemine vers 17h. Georges Didion est enterré provisoirement au cimetière du Bois des Ouvrages.
Capitaine Georges Didion. 3 citations Croix de Guerre. Promu Chevalier de la Légion d'Honneur le 20 juillet 1916. Une plaque commémorative rend hommage au capitaine Didion dans la chapelle de Rancourt (80)
Photo du Capitaine Didion probablement prise à l'arrière avant les combats aux Eparges. (Photo DR)
Octobre 1916 le 72e RI dans la SommeAprès les combats meurtriers aux Eparges, le 72e RI est envoyé dans les tranchées du ravin des Courtes Chausses en Argonne, le régiment cantonne dans ce secteur de juin 1915 à fin juillet 1916. Georges Didion obtient le grade de Capitaine de réserve le 15 juillet 1915. Il commande toujours la 6e compagnie au 72e RI.