Page 1 Page 2 Page 4 Page 3 Page 3Et puis cette dernière image ! François Louchart et ses camarades anciens combattants sur le péron de la mairie d'Aire sur la Lys. Il est situé au fond à gauche un sourire s'échappe de son visage, une constante bonne humeur d'un gars du Nord qui voulait oublier cette guerre, SA guerre ! un sourire moqueur, peut être ironique envers 4 années d'une folie meurtrière qui a fauché la jeunesse de tant de ses camarades ! un sourire parmi les gueules cassées figées qui veut simplement dire: J'ai survécu !
Mon arrière grand père était après la guerre membre fondateur et vice président d'honneur de l'amicale des anciens combattants de la ville d' Aire sur la Lys (62) son lieu de résidence après la guerre. Ces quelques photos et documents témoignent à la fois de son passé militaire et de son passé civil en tant que mineur de fond où il descend pour la première fois l'année de ses 14 ans (22 novembre 1902).
le coin des vieux papiers
Ses copains de l'amicale des anciens combattants En famille il ne parlait pas ou peu de cette guerre, les quelques témoignages qu'il laissait échapper étaient des anecdotes que bien peu de gens comprennait ou voulait écouter ! c'était ainsi. C'est probablement avec ces camarades de l'amicale des anciens combattants qu'il pouvait partager ces vieux souvenirs de soldat, autour d'un verre, à l'apéritif, il devait reparler des premiers jours de guerre, de sa première blessure, du froid dans la boue, de la faim, des copains morts, de la souffrance, de la misère, de la solitude. Avec les "copains" il n'entendait pas: " pépé tu nous ennuis avec tes histoires de soldats !".
La photo n'est malheureusement pas datée mais elle a été prise à Aire sur la Lys (62) dans les années 60. François Louchart se situe juste au dessus et sur la droite d'un petit garçon situé au centre de la photo. On peut remarquer qu'il porte 3 médailles: probablement la Légion d'Honneur qu'il a obtenu en 1943, la Médaille Militaire avec Palme de bronze et la Croix du Combattant . D'autres anciens combattants figurent sur la photo.
Extrait de son livret de travail, délivré pour les jeunes enfants de moins de 18 ans travaillant pour l'industrie et le commerce. Les premières pages de ce livret atteste de sa présence aux mines de Bethune (62) à la fosse n°3 de Vermelles sous le matricule n° 16650 dès le 22 novembre 1902 (François Louchart est âgé de 14 ans) jusqu'au 3 octobre 1909 où il part effectuer son service militaire (3 ans). A la mine il est ravanceur de berlines (rouleur, ravanceur de berlines, desservant de culbuteur avec manoeuvre à bras de berline) le 3 aôut 1914 François Louchart est mobilisé, il est descendu dans la mine pendant 7 ans.
Cérémonie de remise de médailles sur la place d'Aire sur la Lys (62). François Louchart est ce jour là porte drapeau de l'amicale des ACG. (Photo non datée).
La fosse N° 3 de Vermelles était attachée à la compagnie des mines de Béthune. L'exploitation de son charbon de type gras débuta en 1860. Particularité, jusqu'à sa fermeture, elle ne possédait qu'un seul puits équipé d'un chevalet qui fût installé au début du XXeme siècle. Son puits profond de 500 m fût ravalé à l'étage -633 m au début de l'année 1960. Ce ravalement ne fût cependant pas suffisant pour augmenter la production de ce gisement de moyenne profondeur qui restait trés modeste au goût de la compagnie. Les sondages entrepris démontrèrent que le rendement optimum serait atteint à une profondeur beaucoup plus importante. Ce qui ferait double emploi avec les unités de production des 18 et 19 de Lens trés proches du site. Ainsi, en 1962, la décision fût prise de fermer le siège d'exploitation de la fosse N°3 de Vermelles. A la fin de l'été 1963, la plus part du personnel fût muté à la fosse De Clercq Crombez alias N°9 d'Oignies. Toute exploitation cessa de façon définitive le 31 Octobre 1963 aprés avoir produit 12 408 000 tonnes de charbon. L'unique puits servira comme entrée d'air pour les travaux entrepris sur la cuvette de Vermelles exploitée à l'époque par le siège 18 de Lens. Le démantelement du chevalement eût lieu en Juillet 1978 aprés que le puits de 646 m de profondeur fût comblé en Avril 1977 (Source de l'information Mr André P.)