Décembre 1914 Novembre 1914 Accueil Octobre 1914Début Novembre 1914, le 1er bataillon du 72e RI est en travaux de défense entre la chapelle St Roch et la Renarde , le 2e bataillon reste sur ses positions entre Fontaine Madame et le pavillon de St Hubert . De violentes attaques sont signalées dans le secteur de St Hubert où les 5e et 6e Cie livrent combat avec des éléments du 91eme RI. Les compagnies occuperont le secteur de Fontaine Madame jusqu'au 6 novembre 1914.
Au cours de l'attaque du 10 novembre1914, le Lt Paquin fut grièvement blessé d'une balle au cou. A cette occasion, il sera cité à l'ordre de l'armée et se verra décerné la croix de guerre avec palme. ErnestCharles Paquin né en 1879, d'une famille de Verdun (55), fils du capitaine François Paquin (1823-1983) chevalier de la Légion d'honneur, médaille militaire, et médaille de la guerre de Crimée, avait été mobilisé le 1er août 1914 au 72ème RI à Amiens et participé à la campagne de Belgique puis aux combats de l'Argonne. L'attaque du bois de la Gruerie l'avait laissé paralysé du bras droit et fait déclaré inapte à l'infanterie. Il pose alors sa candidature pour l'aéronautique et passe son brevet de pilote le 3 septembre 1916. Promu capitaine, affecté à l'escadrille R217 en Champagne, puis comme volontaire, il rejoint l'escadrille BR510 de l'armée d'Orient et se voit confier le commandement du secteur aérien des armées alliées du Vardar à Gorgop. Adjoint du commandant Denain, commandant l'aéronautique des armées alliées d'Orient, anciennement son camarade d'études, avec Louis Breguet, du lycée Chaptal, il participe à toutes les opérations des fronts d'Orient jusqu'à l'armistice. Proposé pour la Légion d'honneur par le général Franchet d'Esperey, avec attribution de la croix de guerre avec palme en juillet 1918, il sera décoré le 18 janvier 1919 à Constantinople. Il s'est éteint le 10 décembre 1980 à 101 ans et six mois. Il était le frère cadet du Général de Division François-Louis Paquin, Grand Officier de la Légion d'honneur, décédé en 1961. ( Source des informations Mr Thierry Paquin)
13 .14 .15 novembre 1914 , au 72eme RI, les bataillons se succèdent dans les relèves et l'arrière. Les 5e et 6e Cie relèvent ceux du 51e RI. Dans un meme temps, 458 jeunes soldats de la classe 1904 arrivent en renfort sous le commandement du Lt de Plinval , ils sont envoyés aussitôt à la ferme du Naviaux. Le 15 novembre, les 1er et 3e bataillons prennent position dans le secteur compris entre l'Est de l'Aisne à la hauteur de Melzicourt et la route de Binarville.
BOURBIER Arsène Joseph Albert né le 17/02/1894 à Andechy (80) Matricule 6200/11 - Classe 1914 Recrutement Péronne - 2éme classe 72éme R.I tué à l'ennemi le 26/11/1914 au Bois de la Gruerie (51) inscrit sur le livre d'Or inhumé à Andechy (80)
GRICOURT Charles né le 29/08/1889 à Picquigny (80) Matricule 04937/583 - Classe 1909 Recrutement Amiens - 2éme classe-72éme R.I décèdé suites blessures de guerre le 09/11/1914 à Moiremont (51) inscrit sur le livre d'or
CARDON Joseph Émile Paul né le 24/01/1894 à Rouvroy en Santerre (80) Matricule 6245/250 - Classe 1914 Recrutement Péronne - 2éme classe 72éme R.I tué à l'ennemi le 26/11/1914 au Bois de la Gruerie (51)
Le 23 novembre , relève des troupes dans le secteur de la Fontaine Aux Charmes. Relève du 120e RI. Les bataillons du 72e RI sont placés dans l'ordre suivant: 1er bataillon sur la gauche - 2e bataillon au centre - 3e bataillon sur la droite. En réserve, un bataillon colonial commandé par le commandant Dauriat. Dans la journée vers 15h, l'ennemi a fait sauter une sape, pénètre dans une partie de la tranchée et s'y maintient.
Le 26 novembre , vers 8h30 forte attaque sur le front de la 9e Cie, l'ennemi s'installe dans nos lignes entre la 1ère et la 2e section. 2 sections de la 11e Cie tentent de reprendre le terrain perdu mais la contre attaque échoue; nombreuses pertes.
Lt Maurice Deriencourt (1883 - 1914)
L'attaque du 10 novembre 1914. Mort du commandant Caumel 3e Bataillon 72ème RI En prévision d'une attaque que les troupes du 72ème RI doivent tenter dans la matinée du 10 novembre, le 1er bataillon reçoit l'ordre de se rendre à Vienne le Chateau pour 8h30; il ne laisse qu'une section de la 2eme Cie pour occuper les tranchées entre la Chapelle St Roch et la Renarde, le bataillon va se placer dans les abris de la maison "Legrand" à Vienne le Chateau. Vers 9h30, l'attaque sur la côte 176 est déclanchée; les 9e et 11eme Cie du 3e Bataillon prennent part à l'assaut. Le commandant Caumel qui commandait ce bataillon est tué au début de l'action . Les 10e et 12e Cie sont alors à la disposition du commandant Elie du 128e RI. le combat après le déclanchement de l'attaque a été particulièrement violent et les pertes en hommes et surtout les cadres sont élevées. Officiers tués : Commandant Caumel. Lt Deriencourt. Officier blessé : Lt Paquin (lire son histoire plus bas ) Total des pertes tués, blessés, disparus: 77 hommes. Dans la soirée, les 9e et 11e Cie quittent le bois de la Gruerie et vont cantonner à la Renarde; elles sont remplacées par les 1ère et 4e Cie du 1er Bataillon.
Fin octobre, début novembre 1914 , les bataillons du 72eme RI se trouvent au Four de Paris et à Moiremont . le 1er novembre, les 1er et 3eme Bataillon sont relevés par le 87eme RI, le 3eme Bataillon va cantonner à Le Rond Champ (hameau détruit) au sud de La Placardelle , la 1ere Cie reste à Vienne le Chateau (à l'ouest de La Harazée) avec mission d'assurer les défenses avancées de la seconde ligne à Vienne Le Chateau. Une Cie du 1er Bataillon va à Le Rond Champ les deux autres à La Renarde (sud de Vienne le Chateau). Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre le 2eme Bataillon quitte Moiremont est part occuper des positions au nord de La Harazée, dans le secteur de: La Fontaine Madame et St Hubert (fôret d'Argonne). Les 8eme et 7eme Cie sont en ligne non loin des positions tenues par le 91eme RI; le commandant Benney du 91eme RI commande le secteur.