Accueil Service santé MarneOrganisation et fonctionnement d'une ambulance
Les ambulances , dit le règlement, sont destinées à compléter l'action du service régimentaire en marche et en station, à recevoir les blessés relevés sur le champ de bataille et à leur donner les soins nécessaires pour qu'ils puissent être évacués promptement ». Chaque corps d'armée possède : Une ambulance par division d'infanterie (4 régiments). Une ambulance de cavalerie, Une ambulance de corps, destinée en principe aux troupes non indivisionnées et formant, en outre , la réserve du corps d'armée. Cette ambulance comprend une réserve de médicaments, d'objets de pansement et de matériel pour assurer le réapprovisionnement des corps de troupes. Les ambulances font partie du train de combat des colonne s. Sur le chemin parcouru par les blessés du champ de bataille, les ambulances sont les formations sanitaires les plus connues, les plus importante, car c'est vers elles que tous les blessés se traînent instinctivement, quand ils peuvent marcher. Ce n'est donc pas sans raison que dans l'esprit populaire, les ambulance personnifie le service de santé en campagne. Installation .-L'ambulance doit être établie à proximité des réserves de la division, mais assez loin pour être défilée des feux de l'artillerie ennemie. Il faut qu'elle se trouve au moins à 4 ou 5 km de la ligne du feu, pour ne pas être troublée par les tirs de l'adversaire et ne pas subir les oscillation de la lutte. L'ambulance est généralement installée dans un village, dans une grande ferme ou dans un château. Elle doit avoir de l'eau à proximité et en abondance. Elle doit enfin se trouver sur une route carossable pour que les voitures , chargées de blessés, puissent y accéder facilement. Composition .- L'ambulance divisionnaire compte comme personnel: 1 médecin major de 1 er classe, 2 médecins majors de 2 e classe, 1 médecin aide major, 6 médecins de réserve non montés, 4 médecins auxiliaires non montés, 4 officiers d'administration (1 d'approvisionnement monté), 1 officier du train, 1 vétérinaire, 247 hommes de troupe, 100 chevaux ou mulets et comme matériel: 2 voitures de chirurgie a 4 chevaux, 2 voitures d'administration à 4 chevaux, 6 fourgons du service de santé à 2 chevaux (A, B, E et C, D, F), 2 fourgons ordinaires, 4 voitures à 2 roues pour les blessés et enfin une voiture pour le personnel non monté. L'ambulance divisionnaire peut se diviser en deux sections identiques : 1er section, fourgons ABC; 2e section, fourgons CDE . En principe, l'une de ces deux sections doit rester disponible pour faire face aux éventualité qui peuvent surgir dans la journée. Entrée en action. - Quand l'action est bien engagée, que les postes de secours sont en plein fonctionnement, le directeur du service de santé du corps d'armée envoie l'ordre aux ambulances de s'établir pour recevoir les blessés. Le médecin chef, au reçu de l'ordre, se rend en personne au village indiqué, fait la reconnaissance des lieux , choisit ses locaux et détache un médecin monté pour reconnaître l'emplacement des postes de secours, et assurer ainsi leur liaison avec l'ambulance. Le personnel des deux sections est réuni pour procéder a cette installation. Enfin les voitures sont rangées pour laisser la route libre. Recommandations. - Le règlement recommande : 1° D'occuper , dans les groupes d'habitations, les maisons garantie par d'autres constructions; 2° D'éviter les hangars susceptibles d'être facilement démolis ou incendiés; 3° D'éviter les terrains rocailleux, les bouquets d'arbres, et la proximité d'un mur, dont les éclats peuvent tomber sur les blessés. Enfin, comme, après une action un peu chaude l'affluence des blessés vers l'ambulance peut être très grande (entre 500 et 1000 blessés), le médecin chef doit s'appliquer à éviter le tumulte et la confusion, en faisant une juste répartition de son personnel et des locaux choisis. On affectera autant que possible, de slocaux séparés : 1° A la visite des blessés à leur arrivée; 2° Aux pansements et applications d'appareils 3° Aux opérations; 4° Aux service accessoires (cuisine , etc) Les infirmiers de visite (panseurs) seront soigneusement répartis, ainsi que les infirmiers d'exploitation , qui seront spécialement chargés de recueillir de la paille de couchage, des provisions d'eau et de bois, d'installer la cuisine et de préparer des boissons alimentaires ou réconfortantes. Les instruments et matériels , affectés à ces divers groupes, sont placés dans des paniers spéciaux, qui sont arrimés dans l'intérieur de la voilure de chirurgie. Ainsi , avec la division du travail, avec l'utilisation des aptitudes spéciales de chacun, le désordre est évité et on obtient un meilleur rendement dans le fonctionnement des ambulances, qui selon l'expression consacrée de Rapp, ne doivent être que des ateliers d'emballage doubles de bureau d'expédition.
Fonctionnement. - Comme elles sont essentiellement mobiles et doivent suivre les évolutions des divisions, les médecins ne pratiquerons que les opérations d'une urgence absolue, telle que: 1° Les hémorragie artérielles des membres. 2° Les menaces d' asphyxie consécutive à des lésions du larynx. 3° la régularisation des segments osseux pour redresser un membre. Quant aux autres opérations, elles seront faites le lendemain ou le surlendemain, quand les hôpitaux de campagne, plus stable se seront substitués aux ambulance. La salle d'opération si le temps le permet sera installée sous une des tentes Tortoise qui sont arrimées sur les fourgons E et F (fig2) ou dans une chambre dont on aura enlevé tous les meubles, tapis, rideaux, lavé le plancher et cloué des draps propres au murs. De l'eau bouillie sera préparée en abondance . Les solutions de cocaïne et le chloroforme sera retirés des paniers, ainsi que la solution de morphine, si utile pour calmer les plaintes et les cris des blessés. Cependant, à l'ambulance comme le fait remarquer m. le Médecin principal Ques... « les malheureux se consolent réciproquement, c'est à qui le plaindra le moins; on dirait qu'ils ont la coquetterie de souffrir sans se plaindre comme on a la coquetterie d'une belle action. Mouvement en avant ou en arrière . - Quant la division se porte en avant, le médecin divisionnaire fait avancer la section disponible de l'ambulance, qui s'installe a son tour. Mais si la division recule, les brancardier, les voitures se replient avec les troupes et emportent les blessés en commençant par les moins graves. Le médecin chef désigne le personnel qui doit rester auprès des blessés intransportables protégés qu'ils sont par la convention de Genève, et brûle tous les documents qui pourraient être utiles à l'ennemi. C'est durant ces retraite que l'on observe parfois de véritables panique, qui s'emparent des blessés, comme pendant la guerre d'Italie. Pour éviter ces paniques, il est nécessaire que les ambulances soient tès éloignées de la zone dangereuse (environ 5 km), surtout en raison de la longue portée de l'artillerie moderne et de la balle S. Sans cette précaution, les ambulances seront fréquemment troublées par les oscillations de la lutte , comme elles le furent en 1870. Le résultat pendant cette malheureuse guerre, fut que , le 16 Aout, deux ambulances tombèrent entre les mains de l'ennemi; dans l'une d'elles le médecin major Beurdy, enveloppé dans une charge de cavalerie, u perdit la vie. Le 18, les ambulances restées à Saint-Privat, furent Incendiées ou prise par les Prussiens. Ambulances Volantes . - Sous le premier empire , le baron Larrey, profitant de la faible portée des armes de l'époque (200 m pour le fusil de munitions, de 6 à 800 m pour le canon lançant des boulets ronds), créa des ambulances volantes, destinées à suivre les mouvements de l'armée et à panser les blessés sur le champs de bataille. Ces ambulances composées de voitures légères firent bien souvent l'admiration de l'armée. Triage des blessés pansés . - Il est bon de rappeler ici, d'après quels principes il convient d'opérer le traige des blessés (Nimier et Laval). Parmi les blessés à renvoyer au corps, on rangera ceux qui sont atteints de contusion ou de plaies superficielles, dont la guérison ne réclame que quelque jours. On désignera, comme pouvant marcher ou devant être transportés assis, les porteurs de sétons simple de la têteet du cou, de blessures du membre supérieur, même avec fracture, pourvu d'un bon appareil. Seront transporté couchés , la plupart des blessés atteins de lésions osseuses du membres inférieurs et tous les amputés (sauf dans un bon nombre de cas , les amputés de la main de l'avant bras, et du bras). Enfin, seront déclarés intransportables, tous les sujets atteints de plaies cavitaires (crane, thorax, abdomen) ou de fracture de la cuisse du bassin, et de la colonne vertébrale. Evacuation des blessés. - Les blessés, étant pansés, restaurés et pourvu de leur fiche de diagnostic (blanche pour les non évacuables, rouges et blanche pour les évacuables) (fig 3 et 4), seront expédiés, le soir ou le lendemain matin, les uns sur leur corps, les autres sur les dépôts d'éclopés, les autres vers les hôpitaux d'évacuation dans des voitures auxiliaires , réquisitionnées, et les autres enfin seront traités sur place par le personnel des hôpitaux de campagne.
Service santé Somme