Accueil page 2 page 2Brasseur Marcel né à Lille le 4 juin 1889; bénédictains de l'abbaye de Ligugé. Mobilisé au 45e RI comme sergent en août 1914. Versé en renfort au 72ème RI et blessé le 10 septembre 1914 à St Lumier La Populeuse. Réformé N°1. Médaille Militaire avec citation : " Brave sous officier, au cours des combats du 10 septembre 1914, a pris le commandement de son peloton dont le chef venait d'être blessé, et à, réussi à enrayer une forte attaque allemande. A été grièvement blessé au cours de l'action. Impotence fonctionnelle de la jambe gauche ". Le 72ème RI en septembre 1914 >>>
Boucher Louis né à Ploudiry le 28 décembre 1890; prêtre en 1914. Mobilisé au 19e RI le 3 novembre 1914. Passe au 72ème RI le 1er février 1915 , au front en mars1915, démobilisé le 9 août 1919. 1 citation à l'ordre du 72e RI : " Prêtre brancardier qui a fait preuve depuis son arrivée au front en mars 1915 malgré son état maladif, des plus belles qualités d'endurance de sang froid et de dévouement professionnel. S'est particulièrement distingué au cours des combats devant Bouchavesnes en ocotbre novembre 1916, et des opérations du 21 juin au 2 juillet 1917 où il n'a cessé de prodiguer les soins les plus dévoués et les secours de son ministère, tant en première ligne que dans les postes de secours exposés à des bombardements d'une grande violence ". Le 72ème RI en octobre novembre 1916 >>> Louis Boucher au service santé à Bouchavesnes (oct 1916) >>>
Chalbos Félix Jean Baptiste Pierre né à Prévenchères le 1er juillet 1897; séminariste. Mobilisé au 38e RI le 10 janvier 1916, passe au 72e RI le 20 octobre 1917 ; capitaine mitrailleur le 1er février 1918. Disparu le 12 juin 1918 au combat de Vertefeuille. Citation à l'ordre du 72e RI : " Excellent chef de pièce mitrailleuse, le 9 février 1918, sous un bombardement d'une extrême violence, a maintenu ses hommes à leur poste et leur a donné le plus bel exemple de mépris du danger. A dégagé sa pièce deux fois enterrée." " Caporal énergique au combat, tombé glorieusement pour la France, le 12 juin 1918, en se portant à l'attaque de la Ferme de Vertefeuille, Croix de guerre avec étoile d'argent. "
Histoire d'Auguste Duhen >>>
Aulagnier Albert né à Paris en 1891, en service au grade de caporal infirmier au 72e RI en 1914 , évacué pour maladie le 21 juin 1915 depuis la ligne de front en Argonne, passe au 272e RI en février 1916, sergent brancardier au 128e RI en avril 1919, démobilisé le 16 août 1919. 1 citation à l'ordre du 272e RI : " Sergent brancardier d'une activité et d'un dévouement inlassable. Fait preuve en toutes circonstances d'un courage et d'un sang froid remarquables. Le 15 mai 1918, dans un village (Ainval) soumis à un bombardement, est allé visiter les caves pour s'assurer qu'il n'y a avit pas de blessés ." 1 citation à l'ordre du 9e CA, 1 citation à l'ordre du régiment et 1 citation à l'ordre de la brigade.
Astruc Germain né à Ribennes le 30 mars 1885 a servi au 342e RI, a été blessé à Wyschaete le 2 novembre 1914, sous lieutenant au 167e RI, au 29e RI le 11 octobre 1917, lieutenant au 56e RI le 17 mars 1918, au 129e RI le 8 juin 1918 puis Capitaine au 72e RI le 27 juin 1918 . 2 citations à l'ordre du 16e CA et de la 128e DI. Démobilisé le 15 mars 1919.
Le 72e RI à Servon le 15 septembre 1914 >>>
Chappe Joseph Marc Jean Baptiste né à Mont Bernanchon le 4 août 1888; prêtre, étudiant séminaire Français à Rome (1914). Mobilisé comme sergent major au 72e RI le 5 août 1914. Passe au grade de Sous Lieutenant en octobre 1916 puis Lieutenant le 1er juillet 1918. 4 citations , 1 citation à l'odre de la 250e Brigade le 25 juin 1916, 1 citation à l'ordre de la 87e Division d'Infanterie le 19 juillet 1917, 1 citation à l'ordre du 20e CA le 1er juillet 1918 et Chevalier de la Légion d'Honneur le 16 juin 1920. Histoire de Joseph Chappe >>>
Anselin Georges né à Béalcourt le 1er novembre 1893, brancardier, a été tué en Argonne le 14 juillet 1915 . Citation à l'ordre du 2e CA " A été à plusieurs reprises, enlever des blessés sous le feu de l'ennemi, s'est particulièrement distingué le 26 novembre 1914 en allant chercher, sous un tir de bombes, un commandant de compagnie blessé, dont l'abri s'était effondré sous de grosses bombes ." Le 72e RI le 14 juillet 1915 . >>> Le 72e RI le 26 novembre 1914 >>>
Le 272e RI en octobre 1914 >>> Le 72e RI en mars 1916 >>> Le 72e RI en octobre 1916 >>>
page 3Extrait du Livre d'Or du Clergé et des Congrégations (1914 - 1922) Le 72e RI a compté dans ses rangs pas moins de 43 prêtres, certains furent affectés de passage pour quelques mois au sein du régiment d'autres y sont restés 4 années. La pluspart d'entre eux avaient la fonction de brancardier ou d'infirmier dans les compagnies. Les aumoniers militaires, prêtres du service armé, brancardiers, infirmiers, prêtres des pays occupés, religieux, religieuses, n'ambitionnaient d'autre récompense, en attendant celle de Dieu, que le bon témoignage de leur conscience et la satisfaction du devoir accompli. Bon nombre de blessés ont dû leur salut à ces interventions hardies des prêtres brancardiers dévoués à leur tache. Un grand nombre ont été honoré de grades militaires, de citations, de décorations: Croix de Guerre, Légion d'Honneur, Médaille militaire...tous ont mérité de leurs chefs, soit dans le service armé, soit dans le service auxiliaire, les témoignages les plus élogieux. Liste des prêtres et, religieux ayant été incorporés au 72e RI d'Amiens en 1914 - 1918
les prêtres des 72e et 272e Régiment d'Infanterie
Cortyl Victor né à St Venant (62) le 11 mars 1890. Sous diacre en 1914. prêtre et professeur au collège St Jacques à Hazebrouck. Mobilisé au 72e RI le 2 août 1914 il est blessé le 15 septembre 1914 à Servon. Il est évacué pour maladie le 2 mars 1915 et est versé dans un service santé le 13 novembre 1916. Par la suite il occupe le poste de caporal fourrier à l'escadrille C./17 en février 1917. Démobilisé le 8 mai 1919. Citation à l'ordre du 2e Corps d'Armée : " Le 8 septembre 1914 à Le Montoy (Marne), sous un feu violent d'artillerie, a organisé un refuge de blessés, les a soignés toute la nuit. Le 9, a réuni les plus valides et les a conduits à une ambulance, a fait le nécessaire pour que les blessés qu'il avait laissés soient enlevés. Nommé brancardier depuis, a fait preuve de zèle et d'abnégation. "
Auguste Duhen né à Amiens le 29 août 1885. Professeur au collège d'Antoing (Belgique). Mobilisé comme sergent au 272e RI le 2 août 1914; blessé le 30 octobre 1914; Sous Lieutenant au 72e RI en avril 1915; Lieutenant en Juin 1915. Tué le 13 octobre 1916 à Bouchavesnes (Somme). Disparu au cours des combats pas de tombe connue. Citation à l'ordre de la Division en mars 1916: "" Officier d'une haute valeur morale, a été blessé grièvement le 30 octobre 1914 en chargeant à la tête de sa section. Le 6 mars 1916 au moment où une mine ennemie venait d'exploser, a fait preuve d'énergie de décision et de sang froid en prenant rapidement toutes les dispositions judicieuses pour l'occupation de l'entonnoir produit ". A l'ordre du Corps d'Armée : " Officier de la plus haute valeur morale; est tombé glorieusement, frappé à la tête de sa compagnie qu'il conduisait à l'assaut ". Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume le 20 septembre 1921.