AccueilHistoire et Mémoire de soldats des 72e et 272e Régiment d'Infanterie
Joseph Duboille est né le 25 mars 1881 à Breteuil dans l'Oise. A l'âge de 11ans il entre dans la prestigieuse école La Providence à Amiens, il en sortait en juillet 1889 après de solides études littéraires. Après être licencié en droit, il effectue son service militaire le 14 novembre 1902 en tant que soldat 2ème classe au 8ème BCP. Il y reste jusqu'au 14 juin 1903. Joseph Duboille obtient le brevet de sous officier le 18 septembre 1903 et se retrouve officier de réserve au 72ème RI d'Amiens le 24 juillet 1911. En 1903 , il se fit inscrire au barreau de Paris, où il désirait, avant d'aller exercer à Amiens, faire un stage qui, selon lui, devait lui procurer l'expérience utile à la mise en service de ses connaissances juridiques. Joseph Duboile débute dans le milieu de la justice en plaidant en police correctionnelle et quelques affaires civiles. Très vite il s'attire la sympathie de ses camarades du barreau ainsi qu'une certaine estime de son travail. Travailleur modeste et acharné, Joseph Duboile s'applique à devenir un véritable avocat d'affaires, et, pour donner plus d'étendue à ses connaissances, il mena de front l'exercice de sa profession et la poursuite de ses études pour le doctorat juridique.Il obtint ce diplôme après la soutenance d'une thèse appréciée sur le "délit d'enlèvement et de non présentation d'enfant". Etude de la loi du 5 décembre 1901 .
Au barreau de Paris , où il comptait de sincères amitiés, il tenait déjà un emploi sérieux, lorsqu'en 1910, déterminé surtout par des considérations de famille, il le quitta pour se faire inscrire au barreau d'Amiens. Après quelques difficultés de début, il y prit place qu'il méritait et y affirma son talent en mainte circonstance. Au moment de la déclaration de la guerre, il rejoint le 72ème RI, il est dans un premier envoyé à l'instruction des troupes au dépôt à Morlaix. Au cours de cette période il est victime d'un accident de cheval qui le plaça en état d'infériorité notoire. En juillet 1915 , Joseph Duboille emmène un détachement de son régiment vers le front de l'Argonne, à La Chalade où le 72ème RI se bat depuis quelques semaines. C'est au cours de cette journée du 20 juillet 1915 que le destin du Lt Joseph Duboille bascule. Son détachement arrive en gare d'Angers le 19 juillet à 23h42, le 20 juillet vers 9h du matin, il se présente au bureau du commissaire militaire de la gare d'Angers. La suite du témoignage nous est présenté par l'administrateur de la Croix Rouge:
Le nom du Lt Joseph Duboille ne figurera jamais dans la liste des effectifs des pertes du 72e RI. Seul un courrier officiel au dépôt du 72ème RI à Morlaix indique "une mort subite". Les circonstances de son suicide ne seront jamais élucidées. Durant de nombreuses années après la guerre, la famille du Lt Duboille tentera d'obtenir des informations concernant ce suicide mais les courriers resteront sans réponses. Je rend donc hommage à cet officier mort dans l'exercice de ses fonctions en réparant ici cet "oubli": un officier non reconnu mort pour la France. Merci à JFouré Larivière ainsi qu'à Mr Patrick Dimpre pour les informations.
Le Lt Duboille a paru à l'officier de service comme préoccupé, en effet deux ou trois hommes de son détachement étaient portés manquants en gare d'Angers. Il s'est plaint d'une grande fatigue générale et de maux de tête. Il avait la figure très congétionnée. Cette dernière particularité a été remarqué par plusieurs personnes de son entourage. Le Lt Duboille est aussitôt conduit vers l'infirmerie de la gare. A peine arrivée à l'infirmerie et, pendant que l'officier de service commençait à fournir quelques explications aux infirmières, un coup de feu retentit...on se précipita vers le Lt Duboille q'une cloison en bois séparait des infirmières, il s'était suicidé une balle de révolver dans la tête, occasionnant la mort dans les secondes qui suivirent. Le médecin chef a constaté immédiatement le décès du Lt Joseph Duboille. Angers le 23 juillet 1915."